Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE VU, CHAP. XXII.

89

vous organisez la liberté dans la pratique, vous la rendez vivante; vous la faites goûter et respecter la constitution fondamentale n’est plus debout, au milieu du pays, comme un sanctuaire commencé, qui, entouré d’un grand vide, attend les autres parties du temple; l’esprit de vie et la notion de la loi circulent partout; chacun agit, mais d’une manière régulière et utile à l’État le problème social est résolu.

CHAPITRE XXII.

POURQUOI IL N’EST PAS A CRAINTE QUE LES CORPS MUNICIPAUX

ABUSENT DE LEUR AUTORITÉ.

Soyez persuadé qu’on sera plutôt porté à abuser contre le gouvernement des droits les plus minimes qu’il aura cédés avec une répugnance et des alarmes visibles, que de droits plus étendus qu’il aura accordés avec les marques d’une généreuse confiance. Dans le premier cas, luimême se laissant apercevoir pénétré de défiance et d’ombrages, il provoque l’hostilité et l’empiétement dans le second, il appelle les citoyens à participer au mouvement de la société il les y intéresse, et fait de la force de leurs droits mêmes la source de leurs devoirs envers lui. N’avons-nous pas devant nos yeux l’exemple