Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III

LE MARQUIS D’AROCA


Mets-toi voleur de grand chemin, tu gagneras ta vie.
Calderon.


Qui n’aime, aux jours de la canicule dans les bois, lorsque les geais criards se disputent la ramée et l’ombre, un lit de mousse et la feuille à l’envers du chêne ?


*


Les deux larrons bâillèrent, demandant l’heure au bohémien qui les poussait du pied comme des pourceaux.

« Debout ! répondit celui-ci, debout ! Il est l’heure de décamper. Le marquis d’Aroca flaire notre piste avec six alguazils.