Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le moine marmottait à la vieille femme : « Dotez mon couvent. » Et l’officier glissait à la jeune fille un billet doux musqué.

La pécheresse essuyait quelques larmes ; l’ingénue rougissait de plaisir ; le moine calculait mille piastres à douze pour cent d’intérêt, et l’officier retroussait le poil de sa moustache dans un miroir de poche.

Et le diable, tapi dans la grande manche de Padre Pugnaccio, ricana comme Polichinelle !