Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



I

LES DEUX JUIFS


Vieux époux
Vieux jaloux,
Tirez tous
Les verrous

Vieille chanson.


Deux juifs, qui s’étaient arrêtés sous ma fenêtre, comptaient mystérieusement au bout de leurs doigts les heures trop lentes de la nuit.

— « Avez-vous de l’argent, Rabbi ? demanda le plus jeune au plus vieux. — Cette bourse, répondit l’autre, n’est point un grelot. »


*


Mais alors une troupe de gens se rua avec