Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

L’OFFICE DU SOIR


Quand, vers Pâques ou Noël, l’église, aux nuits tombantes,
S’emplit de pas confus et de cires flambantes.
Victor Hugo. — Les chants du Crépuscule.


Dixit Dominus Domino meo : sede a dextris meis.
Office des vêpres.


Trente moines, épluchant feuillet par feuillet des psautiers aussi crasseux que leurs barbes, louaient Dieu et chantaient pouilles au diable.


*


— « Madame, vos épaules sont une touffe de lys et de roses. » Et comme le cavalier se penchait, il éborgna son valet du bout de son épée.