Page:Alphonse de Candolle - Origine des plantes cultivées, 1883.djvu/128

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
PLANTES CULTIVÉES POUR LEURS TIGES OU FEUILLES

uns étaient des botanistes, tels que Belon et Rauwolf, qui ont parcouru l’empire turc et la Perse, observant les coutumes avec beaucoup d’attention, et qui n’ont pas mentionné une seule fois le Tabac. Évidemment il s’est introduit en Turquie au commencement du XVIIe siècle, et les Persans l’ont reçu très vite par les Turcs. Le premier Européen qui ait dit avoir vu fumer en Perse est Thomas Herbert, en 1626. Aucun des voyageurs suivants n’a oublié de mentionner l’usage du narguilé comme bien établi. Olearius décrit cet appareil, qu’il avait vu en 1633. La première mention du Tabac dans l’Inde est de 1605[1] et il est probable que l’introduction en est venue par les Européens. Elle commençait à Arracan et au Pégu en 1619, d’après le voyageur Methold[2]. Il s’est élevé quelques doutes à l’égard de Java, parce que Rumphius, observateur très exact, qui écrivait dans la seconde moitié du XVIIe siècle, a dit[3] que, selon la tradition de quelques vieillards, le tabac était employé comme médicament avant l’arrivée des Portugais en 1496, et que l’usage de fumer avait seul été communiqué par les Européens. Rumphius ajoute, il est vrai, que le nom Tabaco ou Tambuco, répandu dans toutes les localités, est d’origine étrangère. Sir Stamford Raffles[4], à la suite de nombreuses recherches historiques sur Java, donne au contraire l’année 1601 pour la date de l’introduction du tabac à Java. Les Portugais avaient bien découvert les côtes du Brésil de 1500 à 1504 ; mais Vasco de Gama et ses successeurs allaient en Asie par le Cap ou la mer Rouge, de sorte qu’ils ne devaient guère établir des communications fréquentes ou directes entre l’Amérique et Java. Nicot avait vu la plante en Portugal en 1560 ; ainsi les Portugais l’ont portée en Asie probablement dans la seconde moitié du XVIe siècle. Thunberg affirme[5] que l’usage du Tabac a été introduit au Japon par les Portugais, et, d’après d’anciens voyageurs que cite Tiedemann, c’était au commencement du XVIIe siècle. Enfin les Chinois n’ont aucun signe original et, ancien pour indiquer le Tabac ; leurs dessins sur porcelaines, dans la collection de Dresde, montrent fréquemment depuis l’année 1700 et jamais auparavant des détails relatifs au Tabac[6] ; enfin les sinologues s’accordent à dire que les ouvrages chinois ne mentionnent pas cette plante avant la fin du XVIe siècle[7]. Si l’on fait attention à la rapidité avec laquelle l’usage du tabac s’est répandu partout où il a été introduit, ces renseignements sur l’Asie ont une force incontestable.

  1. D’après un auteur anonyme indien, cité par Tiedemann, p. 229.
  2. Tiedemann, p. 234.
  3. Rumphius, Herb. Amboin., 5, p. 225.
  4. Raffles, Description of Java, p. 85.
  5. Thunberg, Flora japonica, p. 91.
  6. Klemm, cité dans Tiedemann, p. 256.
  7. Stanislas Julien, dans de Candolle, Géographie bot. rais., p. 851 ; Bretschneider, Study and value of chinese botanical works, p. 17.