Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


déclaration relative au crime à raison duquel il sollicitait le privilége. Le tabellion écrivait les confessions et aveux de chacun des prisonniers. Ce tabellion était prêtre, sans quoi il n’eût pu assister à cet examen, et entendre ces confessions. (Registre capitul. du 15 mai 1477). La première fois qu’il assistait à cet examen, il devait prêter serment de garder le secret sur ce qu’il allait entendre. Longtems on rédigea en latin les confessions des prétendans à la fierte. Mais au xvie siècle, on reconnut que ces rédactions en latin assez barbare ne donnaient point au chapitre une idée bien nette et bien précise des crimes confessés par les prisonniers ; et, le 13 mai 1518, jour de l’Ascension, le chapitre ordonna qu’à l’avenir elles seraient rédigées en français, pour que les capitulans pussent voir plus exactement et plus en détail les particularités des crimes commis par les prétendans[1]. Toutefois, ce ne fut qu’en 1522 que l’on commença à rédiger ces confessions en français.

Le prisonnier à genoux devant le crucifix, jurait sur les saints évangiles de dire vérité. On lui demandait ses nom, surnom, âge, demeure,

  1. « Die 13à » maii, festivà Ascensionis domini 1518, post electionem prisionarii, domini capitulantes, habita inter eos maturà deliberatione, concluserunt quod amodo confessiones prisionariorum scriptis redigantur gallicanis, ut de criminibus per eos perpetratis verior et amplior declaratio fieri possit. » (Reg. capit. Roth., 1518.)