Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec lui[1]. » Mais presque toujours ce sermon était à la louange de saint Romain et à la gloire du beau privilége que l’église de Rouen allait exercer en cette journée. Pour assurer la continuation de ce sermon, une fondation avait été faite, au xve siècle, par Robert de Villeneuve, riche et pieux bourgeois de Rouen, en exécution d’un vœu par lui fait précédemment, et ses héritiers entretinrent la fondation. Le curé de Saint-Martin-sur-Renelle, paroisse de Rouen, devait prêcher ce sermon, ou préposer un prédicateur à sa place, c’était une charge de son bénéfice[2]. Tous les ans, il venait, quelques jours avant l’Ascension, prier le chapitre de lui accorder la grande chaire de la cathédrale pour prêcher ce sermon. En 1614, le chapitre permit de le prêcher « dans la cathédrale, en la grand’chaire, attendu l’incommodité du tems, sans toutes fois, préjudicier à l’ancienne coustume de prescher dehors l’églize, quand la commodité le permettroit[3]. » Outre cela, un sermon sur saint Romain était prêché tous les ans, dans la cathédrale, le dimanche avant l’Ascension, aux frais de la confrérie de Saint-Romain.


Assemblée capitulaire, pour l’élection du prisonnier.

Mais ce qui se passait à Notre-Dame, le jour

  1. Chronique manuscrite de la bibliothèque du roi.
  2. Regist. cap., 27 avril 1598.
  3. Reg. capit., 7 mai 1614.