Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parties adverses, prissent part au jugement. Ainsi, en 1634, MM. Baudry et Payen, conseillers, parens du sieur De Montot, homicide par le prisonnier qu’avait élu le chapitre, se retirèrent. En 1602, on mit en question si MM. Moynet, Grimoult, De la Rivière, et Le Seigneur de Viquemare, conseillers, faisant profession de la religion prétendue réformée, devaient « assister au jugement du privilége, qui estoit un acte de cérémonie » ; l’affirmative fut résolue ; l’année précédente, le parlement avait arrêté que ces quatre magistrats s’abstiendraient ; mais c’est que, cette année-là, le choix du chapitre était tombé sur un prêtre ; et il n’avait point paru convenable que des réformés en jugeassent. Les conseillers clercs ne prenaient point de part à cette délibération, et cela se conçoit : d’abord il s’agissait de matière criminelle, ensuite ils devaient être au chapitre ; et que seraient-ils venus faire dans une compagnie assemblée pour examiner la validité de leur élection ?

Toutes ces précautions n’empêchaient point les brigues. En 1611, M. Du Vicquet, premier avocat-général, voulait qu’il fut décidé que, chaque année, le jour de l’Ascension, « avant de délibérer sur le cartel du chapitre, tous les membres du parlement jureraient qu’ils n’avoient poursuivi ou sollicité le privilége pour leurs parents et amis. » Tous les membres du parlement reculèrent devant la gêne et