Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les cloches de Notre-Dame sonner en volée. Grand étonnement de la part du chapitre, qui n’avait pas donné d’ordres ; grand bruit dans la ville, où l’on crut que le prisonnier était déjà délivré, mais, surtout, mécontentement extrême parmi les membres du parlement, qui supposèrent que l’on voulait forcer leurs suffrages, le prisonnier élu ce jour-là par les chanoines étant assurément le plus grand scélérat à qui la fierte pût être donnée. Le chapitre fit aussi-tôt cesser la sonnerie ; le neveu du gardien de l’horloge, convaincu de cette faute, commise, disait-il, sans songer à mal, fut, à l’instant, fouetté de verges, par ordre de MM. du chapitre, et l’oncle fut sévèrement réprimandé. Au reste, le carillon n’était que différé ; le scélérat fut délivré par le parlement ; et bientôt on entendit de nouveau, mais à bon droit cette fois, toutes les cloches de Notre-Dame sonner en volée.

Au chœur, on commençait Tierce ; les portes du chapitre étaient ouvertes toutes grandes, et la multitude, qui se pressait aux abords de la salle capitulaire, pouvait voir l’archevêque, ou le doyen du chapitre, tenant à sa main une baguette au bout de laquelle étaient attachées toutes les confessions des prétendans qui n’avaient pas obtenu le privilége, et les brûlant successivement à un flambeau placé sur une table de pierre fixée au milieu de la salle, afin qu’il n’en restât aucun souvenir ; « de