Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ruine ; ils jugèrent nécessaire de la reconstruire, mais à un autre endroit où elle fût honorablement et plus en vue ; ils offrirent au chapitre d’en faire les frais. Le chapitre y consentit, et, d’accord avec l’archevêque et les conseillers de ville, convint du lieu où serait bâtie la nouvelle chapelle[1]. A la prière du chapitre, MM. de l’hôtel-de-ville s’obligèrent, par un acte en forme, qui est parvenu jusqu’à nous. Par cet acte, en date du 10 septembre 1542, ces officiers declaraient que, « pour la continuation et entretenement du service divin et décoration de la ville, ils promettoient de faire de nouveau construire et édiffier la chapelle de Sainct Romain assise en la Vieille-Tour du dict Rouen, en lieu propre et convenable, autre que celluy où elle estoit de présent, lieu qu’ilz avoient d’ailleurs monstré au trésorier de Nostre-Dame et à un autre chanoine nommé Romé. Ils s’engageoient à faire cet édifice en dedens les Rogations prochaines, sur l’obligation des biens et revenus de la maison de ville. » Cette promesse fut fidèlement accomplie. Dans l’intervalle de septembre 1542 à mai 1543, s’éleva l’édifice que nous venons de décrire[2] ; et dans un manuscrit

  1. Reg. capit. des 23 et 31 août 1542.
  2. Voir, à la fin de ce volume, une description inédite de la chapelle de Saint-Romain, ou Besle de la Vieille-Tour, par M. E.-H. Langlois.