Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


musiciens se rendaient dans le parvis de la cathédrale, devant le grand portail appelé anciennement le portail de Saint-Romain ; ils y exécutaient des symphonies, et y chantaient des motets en l’honneur de la Sainte-Vierge, et sans doute de saint Romain.


Le prisonnier à la vicomté de l'eau.

Cependant, tout n’était pas fini pour le prisonnier ; quelque heure qu’il fût, l’escorte qui l’avait accompagné pendant la procession, et les confrères de Saint-Romain, le conduisaient, par la rue aux Ours, à la vicomté de l’eau, sise dans la rue qui a pris de là le nom de rue de la Vicomté, nom qu’elle porte encore. La cour de cette juridiction était tendue de tapisseries, et abritée par une tente ; tout autour étaient assises des personnes invitées pour voir le prisonnier. Au milieu de la cour étaient une table servie, à laquelle étaient assis le vicomte, son lieutenant-général, le procureur du roi et le greffier en chef. Tous ces préparatifs n’annonçaient rien de bien redoutable ; c’était toutefois pour se voir faire encore une fois son procès que le prisonnier se présentait dans ces lieux. Là on lisait les pièces de la procédure instruite contre lui ; les juges l’interrogeaient, le procureur du roi donnait des conclusions, et l’on prononçait, pour la forme, une sentence qui délivrait le prisonnier au chapitre. Cet usage, de pur cérémonial, avait été conservé par les magistrats de la vicomté