Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pendant l’octave de l’Ascension. Entrons dans quelques détails relativement à cette foire et au rôle du prieur de Bonnes-Nouvelles dans le cérémonial de la vicomté de l’eau.

Avant la prise de Rouen par Henri V, roi d’Angleterre, on voyait, tous les ans, le jour de l’Ascension, le prieur de Bonnes-Nouvelles partir du prieuré, à cheval, entouré de ses hommes et de ses vassaux, et précédé par un trompette. Dans cet équipage, il venait à la vicomté de l’eau prendre possession de la foire du Pré ou d’Emandreville. Le trompette proclamait à haute voix l’ouverture de la foire, la suspension des droits royaux et municipaux ; les clés de toutes les prisons de la ville lui étaient remises par les geoliers ; il les leur rendait aussi-tôt, pour les garder en son nom pendant huit jours. De là, se rendant au bailliage, il y installait (à la place du bailli royal et des assesseurs ordinaires) son propre bailli et les autres officiers de sa juridiction ; ce bailli et ces officiers pouvaient seuls rendre la justice pendant la semaine, dans toute l’étendue de la ville. Les magistrats municipaux de Rouen cessaient également leurs fonctions. Dès-lors aussi la ferme des poids et mesures lui appartenait pour huit jours, et il percevait les droits du roi sur les marchandises : les confiscations étaient à son profit : c’est ainsi qu’en 1281 l’échiquier lui adjugea un cheval