Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quelques chanoines, MM. Bordier et De SaintGervais, entr’autres, furent chargés de « faire faire différens dessins d’une nouvelle châsse. » Le jour de la fête de l’Ascension, le mauvais état de la vieille fierte ou châsse de Saint-Romain frappa tout le monde ; et, le 3 juin suivant, le chapitre, renonçant à l’idée de faire faire une nouvelle châsse, qui, apparemment, aurait coûté beaucoup, résolut de la remplacer par « la châsse de tous les saints, à la quelle on feroit les réparations et ornements convenables, en prenant (en outre) les moyens de la rendre plus légère » A cet effet, il fut décidé que « les reliques contenues dans la châsse de tous les saints seroient transférées dans la châsse de la Sainte-Vierge ; que les reliques de saint Romain seroient mises dans la châsse de tous les saints, la quelle doresnavant seroit appelée châsse de Saint-Romain. » Dans le mois de juin, MM. les chanoines Terrisse, Roffet, De Saint-Gervais, Delarue le jeune, et Carrel de Mésonval, ayant ouvert la châsse de la Sainte-Vierge (en argent doré), reconnurent qu’outre les reliques qui y étaient renfermées, elle pourrait encore en contenir d’autres. Le 12, assistés de MM. Papillaut, Hébert et Flavigny, leurs confrères, ils ouvrirent la châsse de tous les saints, en ôtèrent les reliques de saint Sénier ou Sénateur, et de saint Sever, évêques d’Avranches ; une côte de saint Judius, et autres