Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/412

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


    Il avait gagné 26 livres tournois au jeu de paume, à François De Mareuil, écuyer, âgé de 18 ans ; et ce dernier différait toujours de payer sa dette contractée sous sa foy de gentilhomme. Enfin un jour, en la rue, Thiboutot le vinst tyrer par la cappe, luy disant qu’il ne monstroit pas estre gentilhomme, comme il luy avoit dist, et que s’il l’estoit de nom, il ne l’estoit pas de faict. Sur les quelles paroles, ilz se desmentirent ; et sembla à Thiboutot que De Mareuil voullust tyrer son espée ; à raison de quoy il tyra la sienne, de la quelle il frappa le dict De Mareuil par le manton, et ung autre coup dedans le corps ; du quel coup il mourust peu de temps aprèz en la rue. » Ainsi périt « le seul filz de la maison de Mareuil, fort ancienne et de grans biens, et de gros parens. »
    Thiboutot, malgré la protection de monseigneur de Saint-Pol, de monseigneur le cardinal de Bourbon et autres princes, ne put obtenir sa grâce ; il avait été condamné à avoir la tête tranchée. « Adverty que Nicolas De Thiboutot, son frère puîné, luy voulloit faire fascherie, et soy porter héritier de leur père décédé depuys un moys, il estoit venu solliciter la fierte, estant hors d’espoir de povoir éviter la mort sans la bonté divine et la grâce de monsieur sainct Rommain. »


1538. Jehan De Biville, écuyer, sieur d’Yencourt, âgé de 26 ans, fils du sieur De Saint-Lucien, des environs de Gournay.
    1°. Nicolas De Corval, écuyer, lui ayant cherché querelle, parce qu’autrefois il avait battu son frère, et lui ayant, d’un coup d’estoc, « couppé robe, pourpoinct et chemyse au bras senestre, il rua sur le dict De Corval plusieurs coups, et l’attaingnist d’un coup de taille par la main senestre et d’un autre coup sur le col, dont le sieur De Corval mourust peu de jours après. »
    Poursuivi sans cesse par la famille De Corval, à raison de ce meurtre, « il s’accompaigna de advanturiers et d’autres