Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et ses gens ; dans ce conflit, Du Tronquay reçut un coup mortel. »


1540. Charles, Antoine, Guy et N, fils de noble homme Jehan Des Essars, baron d’Aulnay, en Normandie.
    Pour plusieurs crimes, dont les principaux sont indiqués dans l’histoire, sous l’année 1540.
    En voici d’autres, qui sont moindres : Charles, accompagné de deux valets, alla chez un nommé Andrieu, de la paroisse d’Estry, le battit et lui enleva une arbalète.
    Ayant rencontré, à Burcy, un sergent qui avait cherché précédemment, à l’arrêter, en vertu d’un mandement de justice, il le feist mettre à genoulx en la fange, pour luy cryer mercy.
    Il avait donné deux coups d’épée, sur les épaules, à un nommé Besongnet qui avait sauve-garde de lui.
    Un nommé Le Bigot, laboureur à Chaultlieu, ayant refusé de le loger, il lui fit donner, par son domestique, des coups de bâton sur le dos. Plusieurs fois, il avait logé « cheulx des laboureurs et autres gens des champs, sans payer aucune chose, et prins leurs chevaulx, malgré eulx. »


1541. François De Fontenay, écuyer, sieur de Saint-Remy, homme-d’armes de la compagnie du comte de Brienne, âgé de 29 ans, demeurant à Fontaines-les-Rouges, vicomté de Falaise.
    Il servait depuis l’âge de seize ou dix-sept ans ; il avait fait toutes les campagnes d’Italie.
    1°. A l’âge de quinze ans, il avait tué, de complicité avec quelques parens et amis, un sergent dont tout le crime était d’avoir signifié un exploit à sa mère.