Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/429

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


deuxième dimence de caresme, et apercevant le sieur De Quincheux, escuier, apoyé sur les fons de la dicte esglize, pour oïr vespres », il se promit de se venger, après vêpres, de ce gentilhomme qui l’avait maltraité, il y avait quatorze ou quinze ans, dans le bois de Ernouville, ou de Souville, près Mantes. Au sortir de l’église, il donna ung grand coup de taille au sieur De Quincheux, et lui coupa le bras dextre, et quoique ce malheureux fût tombé à terre, criant mercy, Du Bosc luy bailla un coup d’espée par le travers du corps, duquel coup il mourut en la place, sans confession.
    Le sieur De Pampou était frère de noble homme maître Jehan Du Bosc, sieur D’Ementreville, conseiller au parlement de Rouen, qui fut décapité à Rouen, en 1562, pour s’être signalé parmi les religionnaires qui avaient désolé la ville et dévasté les églises.
    La famille de l’homicidé chercha à faire casser, par le conseil, l’arrêt du parlement de Rouen, qui avait admis le sieur Du Bosc à lever la fierté ; elle se fondait sur ce que ce gentilhomme n’était pas de la province de Normandie, et que le privilége n’était que pour les Normands. En octobre 1552, Du Bosc obtint au conseil un arrêt confirmatif de l’élection faite de lui par le chapitre de Rouen.
    En 1690, la fierte fut accordée à Roger Du Bosc, écuyer, sieur de Pampou.


1547. Jehan Le Forestier, écuyer (noble homme), âgé de 30 ans, de la paroisse de Saint-Marceau, près Vernon.
    Sa femme venant d’accoucher, il avait entendu une voisine lui reprocher que « ung nommé frère Nicolle Baillehache, religieux de Sausseuse, l’entretenoit et maintenoit en lubricité » ; cette voisine, injuriant la femme de Forestier, lui avait prodigué les épithètes que l’on donne aux femmes perdues.
    Outré de voir sa femme ainsi déshonorée, « de faict apens