Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/432

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passer par Grébaumesnil, il se cacha dans une maison du bourg, et y attendit le passage de ce gentilhomme. Par un trou qu’il avait pratiqué, avec sa dague, dans le mur de la maison, il décocha une flèche sur le sieur Du Clocher, et le voyant blessé et prêt à s’enfuir, il sortit de sa cachette, lui porta un coup d’épieu qui le renversa, et lui donna huit coups der dague en plusieurs parties de son corps, à cause de quoy demoura mort en la place. Antoine D’Imbleval avait huit ou dix complices, dont deux furent pendus à raison de ce fait.
    2°. Il avait tué, à Blangy, un cordonnier qui s’opposait à ce qu’il entrât dans sa maison pour y voir une fille scandaleuse nommée Péronne.
    3°. Il avait blessé, de deux coups de dague, un sergent royal, qui, commis par justice pour saisir et vendre les biens d’un sieur D’Imbleval son parent, n’avait point obtempéré à la prière qu’il lui avait faite de différer cette saisie.


1554. Jacques Beixot, âgé de 40 ans, demeurant en la paroisse de Saint-Sever-lez-Rouen, né à Sauvelon, près Meaux en Brie, tailleur de pierre de meule.
    Criblé de dettes, il avait eu, dans Rouen, un grand nombre de querelles avec les sergens de ville, qui voulaient l’arrêter. Il leur avait toujours résisté, et en avait blessé plusieurs, avec une dague sans laquelle il ne sortait jamais.


1555. Charles Vauquelin, sieur des Yveteaux (noble homme), demeurant aux Yveteaux, en la vicomté de Falaise, diocèse de Séez, âgé de 32 ans.
    En 1551, lui, son frère Guillaume Vauquelin, sieur de Boissay, et plusieurs autres gentilshommes, se rendirent de Taillebois à la foire de Guibray, afin d’y rencontrer les sieurs