Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/467

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bourbonnais, pour M. De Neuvy, gouverneur de cette province, sous l’autorité du duc de Mayenne. Irrité de la conduite du baron d’Ureau, qui était venu, de six lieues loin de là, enlever deux ou trois cents porcs paissant dans la forêt de Troussey, et mû de pitié pour les pauvres habitans ainsi dépouillés, il alla, avec soixante hommes de la garnison, à la poursuite du baron, et deux jours après il entra, avec cette compagnie d’hommes armés, dans le château du baron, dont on ouvrait les portes pour envoyer vendre les porcs qu’il avait volés. Le baron et quelques soldats qui l’assistaient, lui résistèrent et tuèrent deux ou trois de ses hommes, « quoy voyant, luy donna ung coup de pistolet à la gorge, dont il mourut subitement. » Il vendit à son profit les chevaux et armes trouvés dans ce château, mais fit rendre les porcs à ceux à qui ils avaient été pris. M. De Neuvy disposa des autres meubles du château, et y mit garnison.
    Cette expédition fut avouée par le duc de Mayenne ; mais le président Forget, cousin du baron d’Ureau, qui présidait les grands jours de Poitiers, n’eut aucun égard à cet acte du duc de Mayenne, Thianges et ses complices furent condamnés par contumace au supplice de la roue.
    Recommandé par le cardinal de Joyeuse et le duc de Montpensier.


1608. Nicolas Le Ferreur, écuyer, sieur du Mesnil-Haston, âgé de 28 ans, né à Val-Frambert près Alençon.
    Insulté, dans la grande rue d’Alençon, près de l’église de Notre-Dame, par le sieur De Saint-Denis, il lui donna un soufflet. Tous deux mirent l’épée à la main ; Le Ferreur tua le sieur De Saint-Denis. Ceci se passa à trois heures après midi.
    Recommandé par le cardinal de Joyeuse, archevêque de Rouen.