Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/479

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce combat, périrent sept personnes, entr’autres deux des frères du sieur Du Solier et le prieur de l’abbaye de Maubec. (Voir l’histoire.)


1631. Tanneguy Pougnant, écuyer, âgé de 25 ans, né à Rouen, sur la paroisse de Sainte-Croix-Saint-Ouen, fils d’un avocat au parlement de Rouen, ayant son domicile à Verclives près d’Écouis, dans le fief de Bédane, ayant servi le roi, sous M. De Bassompierre, et sous le duc d’Enghien.
    Il avait eu une querelle avec le sieur De Flesques de Bourneville, son cousin, qui voulait le contraindre à lui vendre un cheval à crédit, tandis que lui exigeait de l’argent comptant. Cette querelle s’étant échauffée, ils mirent l’épée à la main ; Tanneguy Pougnant, se sentant blessé, « voyant, en oultre, que Bourneville avoit une grande estocade, et luy une courte espée de cheval, se résolut d’aller à la passe avec luy et luy saulter au collet ; et, comme ilz se tenoient l’un l’aultre au collet, Pougnant, de son espée qui estoit courte, donna quelques coups sur la teste de Bourneville, qui mourut de ses blessures quelques jours aprèz. »


1632. Frère Jacques De Sérant, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, sieur d’Andrieu, près Bayeux, originaire du diocèse de Lisieux, demeurant à Saint-Pierre-Canivet, à une lieue de Falaise, âgé de 20 ans.
    Dès l’âge de quatorze ou quinze ans, il était à Malthe, et il fit sa première caravane. « L’escouade des galères de Malthe partit pour aller au Levant, et, arrivez sur les croisières d’Alexandrie, firent rencontre d’un grand vaisseau d’Alger, qu’ilz attaquèrent et prindrent. Jacques De Sérant, sautant dans le dict