Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/507

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fille, âgée de 17 ans, que laissait le sieur De la Morandière, serait remise entre les mains de Jacques De Picquot, son oncle, qui la placerait dans un couvent. Mais Tanneguy Besnard, au mépris de cette délibération, emmena la jeune fille secrètement. Peu de jours après, les sieurs De Picquot, De Malherbe et Bonnet, se rendant à Caen pour consulter sur ce point, rencontrèrent, au Mesnil-Frémentel, Tanneguy Besnard à cheval et la jeune demoiselle en croupe derrière lui. Une explication eut lieu ; on se battit ; Besnard fut tué. Les deux frères De Picquot emmenèrent leur nièce.


1685. Messire Robert De Poucques, écuyer, sieur d’Attigny, âgé de 58 ans, demeurant au village de Quesques, en Boulonnais.

Charles-Marie De Poucques, écuyer, seigneur d’Attigny, âgé de 22 ans, demeurant à Quesques, fils du précédent.

    Ils avaient tué, de complicité, dans le village de Quesques, Antoine D’Arcy, fermier de Saint-Paul, en Artois. (Voir l’histoire.)


1686. Antoine De Pasté, écuyer, sieur du Tailly, âgé de 40 ans, seigneur en partie de Bailleul-sur-Thérain, dans le Beauvaisis, né audit lieu.
    En 1670, le soir du mardi-gras, Antoine De Pasté et le sieur Drieu, son cousin, reconduisirent le vicaire de la Fraye (diocèse de Beauvais), qui avait dîné avec eux. « Le dit sieur vicaire entra dans une maison où étoit une assemblée de garçons et de filles réunis pour se réjouir et danser ; il y entra à dessein de leur faire remonstrance, ce qu’ils ne reçurent pas fort bien. » De Pasté et Drieu étaient restés à la porte en dehors. Leurs domestiques, pris de vin, ayant fait du tapage