Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/531

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nommé Sébire. Ces trois individus étaient les amis de Jean Dauget, et c’était avec eux qu’il venait de boire. Furieux de les voir maltraiter, et passé de boisson, il s’élança, son couteau à la main, sur Pierre Huart, et le tua.


1740. Martin Barjole, âgé de 28 ans, de la paroisse de Hauville, en Roumois, diocèse de Rouen, dragon au régiment d’Orléans
    Assailli d’injures par sa sœur, couché en joue par son neveu, Barjole s’était jeté sur ce dernier, un couteau de chasse à la main, et l’avait tué.


1741. Pierre Petitgrand, âgé de 45 ans, de Lommoye, près Mantes, garde-chasse du seigneur de Lommoye.
    Étant dans les bruyères des bois de Lommoye, où il faisait sa ronde, un peu pris de vin, il tua un sieur Boullant, qui braconnait depuis plusieurs jours dans les bois confiés à sa garde.
    Il était protégé par madame De Seignelay, par M. De Montmorency-Luxembourg, et enfin par Louis II De Bourbon-Condé, comte de Clermont, abbé du Bec.


1742. Richard Dumontier, âgé de 25 ans, fils de Jacques Dumontier, laboureur à Saint-Jacques-sur-Darnétal.
    Le 25 septembre 1737, il sortît, sur les huit heures du soir, pour aller à la chasse des bêtes fauves qui mangeaient les fruits de la ferme de son père. Bientôt il entendit du bruit, comme si quelque bête eût mangé des pommes. Aussi-tôt il lâcha de ce côté-là son coup de fusil, et fut fort étonné d’entendre un homme crier : Ah ! misérable, tu m’as estropié. Il avait atteint Pierre Dumesnil, un de ses amis, qui mourut peu d’heures après.