Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/551

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



1783. Charles Dannequin, âgé de 60 ans, demeurant à Tournedos-sur-Seine, ci-devant garde et fermier du président du Portail.
    Toutes les nuits, les braconniers venaient voler des lapins dans la garenne de Léry. Le 22 février 1777, Dannequin alla, avec son fils et deux domestiques armés comme lui, épier ces braconniers ; il ne tarda pas à en voir un qui, l’ayant aperçu le premier, le couchait en joue. Dannequin le somma cinq ou six fois de lui dire son nom ; ce braconnier refusa toujours, et donna un coup de sifflet qui fit venir un de ses camarades. Dannequin, se voyant couché en joue par ces deux hommes, tira et tua le nommé Martel, laboureur, l’un d’eux.
    Il avait en vain sollicité sa grâce, il n’avait pu l’obtenir, même à l’époque de la naissance du Dauphin.
    Le marquis de Conflans l’avait recommandé au chapitre.


1784. Michel Aubert, âgé de 36 ans, journalier, de la paroisse d’Étreville.

Marin-François Morisse, âgé de 32 ans, marchand de poissons, de la paroisse d’Eturqueraye.

François Morisse, âgé de 36 ans, journalier, demeurant à Étreville.

Adrien Perrey, âgé de 27 ans, de la paroisse d’Étreville, journalier.

    Revenant du Vieux-Port, où Marin-François Morisse était allé chercher des moules, ils furent insultés, et couchés en joue par un nommé Jacques Deschamps, qu’ils ne connaissaient pas. Marin-François Morisse lui jeta un caillou à la tête, et le tua.


1785. Nicolas Girard, âgé de 50 ans, né au Mineray, demeurant en la paroisse de Bourg, près de Verneuil, dans le Perche, fabricant d’épingles.
    Le 9 août 1782, se voyant assailli à coups de pierres par