Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/652

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bailler le prisonnier ou prisonnière que ilz demandoient. Et ne prindrent oncques les dictes cléfz, ne demandèrent en sa présence, durant le dit temps ; maiz est bien record que, à la derraine année que il estoit, ou dit temps, ès dictes prisons, qui fu l’année derraine passée 1424, il sourvint ès dictes prisons, le jour de lundi de la dicte sepmaine, au matin, environ dix heures. El trouva en icelles les diz de chappitre, entre les quielx estoit maistre Guy Dubusc, tenoit l’un d’iceulx chappelains les cléfz des dictes prisons. Et lors il qui parle lui demanda : qui vous a bailliés ces cléfz ? et les reprinst et hosta au dit chappellain ; et demanda lors à ung sien serviteur, lors, et à présent, clerc des dictes prisons, pourquoy il avoit baillié au dict chappellain les dictes cléfz, en l’ablamant que il les avoit baillés, et que ce n’estoit pas raison et n’estoit pas accoustumé ainssi faire. Lequel Martin respondi que il n’y pensoit à nul mal. Et, depuis celle heure, n’eurent iceux de chappitre la teneure ou prinse d’icelles cléfz, et aultres jours ensiéuvans ne celluy jour aussy plus avant que dit est ; ne ilz ne les demandèrent à avoir depuis. Et sy est bien record que, l’année du pénultième eschiquier, qui fu tenu en l’oste] archépiscopal, iceux de chappitre s’efforchèrent d’avoir les dictes cléfz. Et, pour le refus qui leur en fu fait, nous firent mander par devant monseigneur le président lors tenant le dit eschiquier ; et fu avec nous en l’ostel maistre Jehan Alespée où il estoit logié ; et ne monta point il qui dépose en la chambre de mon dit seigneur le président ; et ne scet qui fu fait ; mais soit de certain que iceux de chappitre et nous beusmes ensemble au Lion d’or, an retour du dit hostel d’icelluy monseigneur le président ; et que, après iceux de chappitre, furent ès dictes prisons, veoir et examiner les prisonniers lors estans ès dictes prisons, et ne prindrent, ourent, demandèrent ou firent aucune mencion d’avoir aucunes des cléfz de dehors ou dedens les dictes prisons. Maiz se passèrent en la fourme acoustumée que il qui parle ou ses dis gens leur féissent ouverture et les méissent à part et segrément en une chambre basse ou dit hostel. Et sy dit oultre que par les gens et officiers du roy, monseigneur le Bailli ou son lieutenant et les procureur et advocat du roy nostre seigneur, lui fu baillé une instruction qu’il escript en son journal pappier, que il nous a monstré en faisant cest examen, comment il lui estoit deffendu que il ne ses dis gens ne baillassent les dictes cléfz aus diz de chappitre, la quelle instruction il leur monstra le jour de mardi ensivant à la dicte derraine année 1424, du lundi précédent, que le dit Martin avoit baillié ainsy follement les dictes cléfz, pour le quel cas il qui parle mist hors des dictes prisons et de son service le dit Martin, au veu et sçeu d’iceulx de chappitre. Et plus ne autre chose n’en sauroit depposer. Ainsi signé, Marc.

Guillaume Dugardin ; aagié de 50 ans ou environ, demourant à Rouen, juré, etc., dit et deppose par son sérement que lorsque les