Page:Ampère - L’histoire romaine à Rome, tome 2.djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il refusa d’abord d’aller délibérer dans le temple de Mars, hors de la porte Capène[1], où les consuls l’avaient

  1. C’est, je crois, une très-heureuse interprétation de Niebuhr (IV, p. 89) ; Tite Live (III, 63), et Denys d’Halicarnasse (XI, 49), disent tous deux le Champ de Mars. Mais alors on ne comprendrait pas, si les consuls avaient campé dans le Champ de Mars, comment les sénateurs qui disaient n’y être pas libres à cause de la présence de l’armée, l’eussent été davantage dans les prés flaminiens qui y touchaient, et sur l’emplacement desquels fut construit le cirque flaminien, voisin des Septa, qui eux-mêmes étaient dans le Champ de Mars. Le Campus Martius de Tite Live, la plaine qui portait le nom de Mars de Denys d’Halicarnasse, sont ici les environs du temple de Mars, hors de la porte Capène, confondus peut-être par les deux historiens avec le véritable Champ de Mars au bord du Tibre. Le consul qui avait vaincu les Æques retournait à Rome de ce côté ; celui qui avait battu les Sabins n’avait eu qu’un petit détour à faire pour l’y rejoindre. Les auteurs suivis par Tite Live et Denys d’Halicarnasse ont sans doute employé par anticipation ce nom de Champ de Mars donné plus tard à la plaine qui avoisinait le temple de Mars, voisin de la porte Capène, lequel ne fut consacré qu’en 368, nom donné de tout temps à la plaine du Tibre, au milieu de laquelle s’élevait l’autel antique de Mars. Ainsi s’explique la confusion faite postérieurement des deux Champs de Mars. Il y en avait un troisième sur le Cælius. L’existence de celui qui était hors de la porte Capène permet de placer tout de suite après elle la porte Fontinalis, dans une région du Cælius, abondante en sources ; porte pour laquelle on a bien de la peine à trouver ailleurs une place dans un lieu d’où elle puisse conduire au Champ de Mars et à l’autel de Mars, ainsi que le dit Tite Live (Tit. Liv., XXXV, 10) ; mais c’est qu’il s’agit ici ou du Champ de Mars du Cælius, ou, comme dans le passage qui nous a suggéré ces réflexions, d’un champ et d’un autel de Mars près de la porte Capène. Ainsi une difficulté topographique qui a arrêté Becker (de Vet. R. mur. atq. port., p. 67-8) est écartée par la solution d’une autre difficulté.