Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tante, elle ne peut manquer de l’être pour un nombre quelconque de forces relativement à la résultante de toutes ces forces, comme on le voit aisément, en l’appliquant successivement d’abord à deux des forces données, puis à leur résultante et à une autre de ces forces, et en continuant toujours de même jusqu’à ce qu’on arrive à la résultante de toutes les forces données. Il suit de ce que nous venons de dire relativement aux courants électriques dans des fils pliés en hélice, que l’action produite par le courant de chaque spire se compose de deux autres, dont l’une serait produite par un courant parallèle à l’axe de l’hélice, représenté en intensité par la hauteur de cette spire, et l’autre par un courant circulaire représenté par la section faite perpendiculairement à cet axe dans la surface cylindrique sur laquelle se trouve l’hélice ; et comme la somme des hauteurs de toutes les spires, prise parallèlement à l’axe de l’hélice, est nécessairement égale à cet axe, il s’ensuit qu’outre l’action produite par les courants circulaires transversaux, que j’ai comparée à celle d’un aimant, l’hélice produit en même temps la même action qu’un courant d’égale intensité qui aurait lieu dans son axe.

Si l’on fait revenir par cet axe le fil conducteur qui forme l’hélice, en l’enfermant dans un tube de verre placé dans cette hélice pour l’isoler des spires dont elle se compose, le courant de cette partie rectiligne du fil conducteur, étant en sens contraire de celui qui équivaudrait à la partie de l’action de l’hélice qui a lieu parallèlement à son axe, repoussera ce que celui-ci attirerait et attirera ce qu’il repousserait ; l’action longitudinale de l’hélice sera donc détruite par celle de