Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Les trois mouvements du support KFG ont lieu, le premier à l’aide de la vis de rappel M, les deux autres au moyen de ce que ce support est fixé à une pièce de bois N, qui peut glisser, dans les deux sens horizontal et vertical, sur une autre pièce de bois O fixée au pied de l’instrument. Dans l’une est pratiquée une fente horizontale, dans l’autre une fente verticale, et à l’intersection des directions de ces deux fentes se trouve un écrou Q qui sert à arrêter la pièce mobile sur celle qui est fixe, dans la position qu’on veut lui donner. Le mouvement de rotation du cercle gradué, à l’aide duquel on incline à volonté la portion du fil conducteur attachée à ce cercle, s’exécute au moyen de deux poulies de renvoi P et P′. Pour que la terre n’exerce aucune action sur le conducteur mobile, qui est équilibré par les petits contrepoids x, y. il est composé de deux parties égales et opposées ABCd, abcDE, auxquelles j’ai donné la forme qu’on voit dans la figure ; et pour que ses deux extrémités puissent être mises en communication avec celles de la pile, il est interrompu à l’angle A, par lequel il est suspendu à un fil HH′ dont la torsion doit faire équilibre à l’attraction ou répulsion des deux courants. La branche BA se prolonge au delà de A, et la branche DE au delà de E, et elles se terminent par les pointes K, L, qui plongent dans deux petites coupes pleines de mercure, mais n’en atteignent point le fond.

Le pied qui porte ces deux petites coupes peut être avancé ou reculé au moyen de l’écrou q, qui le fixe dans la rainure ef ; elles peuvent être en fer ou en platine ; l’une d’elles est mise en communication avec une des deux extrémités de la pile par le conducteur XU