Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Maintenant, si des courants électriques sont la cause de l’action directrice de la Terre, des courants électriques seront aussi la cause de celle d’un aimant sur un autre aimant ; d’où il suit qu’un aimant doit être considéré comme un assemblage de courants électriques qui ont lieu dans des plans perpendiculaires à son axe, dirigés de manière que le pôle austral de l’aimant, qui se porte du côté du Nord, se trouve à droite de ces courants, puisqu’il est toujours à gauche d’un courant placé hors de l’aimant, et qui lui fait face dans une direction parallèle, ou plutôt ces courants s’établissent d’abord dans l’aimant suivant les courbes fermées les plus courtes, soit de gauche à droite, soit de droite à gauche, et alors la ligne perpendiculaire aux plans de ces courants devient l’axe de l’aimant, et ses extrémités en deviennent les pôles. Ainsi, à chacun des pôles d’un aimant, les courants électriques dont il se compose sont dirigés suivant des courbes fermées concentriques ; j’ai imité cette disposition autant qu’il était possible avec un courant électrique, en en pliant le fil conducteur en spirale ; cette spirale était formée avec un fil de laiton et terminée par deux portions rectilignes de ce même fil, qui étaient renfermées dans deux tubes de verre[1], afin qu’elles ne communiquassent pas entre elles et pussent être attachées aux deux extrémités de la pile.

Suivant le sens dans lequel on fait passer le courant dans une telle spirale, elle est en effet fortement attirée ou repoussée par le pôle d’un aimant qu’on lui présente

  1. J’ai depuis changé cette disposition, comme je le dirai ci-après.