Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

(t. XV, p. 93-102), et j’aurai occasion, dans le Mémoire suivant[1], de parler des expériences de M. Boisgiraud, et d’en déduire les conséquences qui découlent naturellement des faits qu’il a observés.

  1. Comme ce que j’ai à dire sur l’action mutuelle de deux aimants se compose bien moins de faits nouveaux que de calculs par lesquels on ramène cette action à celle de deux courants électriques, j’ai cru devoir renvoyer à ce second Mémoire le paragraphe où je me proposais d’examiner dans celui-ci les lois suivant lesquelles elle s’exerce, et de montrer que ces lois sont une suite nécessaire de la cause que je lui ai assignée dans les conclusions que j’ai lues à l’Académie le 25 septembre dernier.