Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ce haut promontoire qui s’avance au milieu des flots et qui n’est visité que par les alcyons. Mais si tu montes à la ville par l’escalier taillé dans le roc du côté de la terre, au regard des coteaux plantés de vigne, tu reconnaîtras facilement entre toutes la maison de Mégès. Elle est fraîchement enduite de chaux et plus spacieuse que les autres.

Et le Vieillard, se dressant sur ses jambes raidies, gravit l’escalier taillé dans le roc par les hommes des anciens jours, et, parvenu au plateau élevé sur lequel s’étend la ville d’Hissia, il reconnut sans peine la maison du riche Mégès.

L’abord lui en fut agréable, car le sang des taureaux fraîchement égorgés ruisselait au dehors, et l’odeur des graisses chaudes se répandait au loin. Il franchit le seuil, pénétra dans la vaste salle du festin, et ayant touché de la main l’autel, il s’approcha de Mégès qui donnait des ordres à ses serviteurs et découpait les viandes. Déjà les convives étaient rangés autour du foyer, et ils se réjouissaient dans l’espérance d’une abondante nourriture.