Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ses miaulements sinistres. La lune fauve, dans sa fuite immobile parmi les nuées, jetait sur l’Océan des lueurs mouvantes. L’Atrébate, dont le regard sauvage perçait l’ombre et l’embrun, aperçut des navires surpris par la tempête et que travaillaient le vent et la mer. Les uns, désemparés et ne gouvernant plus, allaient où les poussait le flot dont l’écume brillait à leur flanc ; d’autres regagnaient le large. Leur toile effleurait la mer comme l’aile d’un oiseau pécheur. C’étaient les navires qui amenaient la cavalerie de César et que dispersait la tempête. Le Gaulois, respirant avec joie l’air marin, marcha quelque temps sur le bord de la falaise et bientôt son regard découvrit l’anse dans laquelle les galères romaines, qui avaient épouvanté les Bretons, étaient à sec sur le sable. Il vit le flot les approcher peu à peu, les atteindre, les soulever, les heurter les unes contre les autres, les briser, tandis que les liburnes à la coque profonde, mouillées dans l’anse, chassaient sur leurs ancres dans un vent furieux qui emportait leurs mâts et leurs gréements ainsi