Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


en langue latine sur des mètres grecs et présentaient, par endroits, un sens intelligible :

À PHŒBE, SUR SA MESANGE


O toi que Varius aime plus que ses yeux,
Ton Varius, errant sous le ciel pluvieux
Du Galate…
…………………………………………………..
Et leur couple chantant dans la cage dorée
…………………………………………………..
…………………………………………………..
O ma blanche Phoebé, donne d’un doigt prudent
Le millet et l’eau pure à ta frêle captive.
Elle couve, elle est mère ; une mère est craintive.
…………………………………………………..
Oh ! me viens pas aux bords de l’Océan brumeux
Phoebé, de peur…
… Tes pieds blancs et tes flancs
Savants à se mouvoir au rythme du crotale.
…………………………………………………..
Mais tes bras frais, tes seins…

Une faible rumeur montait de la ville éveillée. L’Atrébate s’enfuit à travers les restes des huttes gauloises où quelques Barbares demeuraient terrés, humbles et farouches, et, par une brèche du mur, il sauta dans la campagne.