Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


illustre, avait perdu la plupart de ses fidèles. Cependant il refusait de se soumettre et menait une vie errante et guerrière avec que1ques hommes unis à lui par l’âpre volonté d’être libres, par la haine des Romains ou par l’habitude du pillage et du viol. Ils le suivaient dans les forêts impénétrables, dans les marécages, — et jusque dans ces îles mouvantes formées à la vast embouchure des rivières. Ils lui étaient tout dévoués, mais ils lui parlaient sans respect, ainsi qu’un homme parle à son égal, parce qu’ils l’égalaient en effet par le courage, dans l’excès constant des souffrances, du dénuement et de la misère. Ils habitaient des arbres touffus ou les fentes des rochers. Ils recherchaient les cavernes creusées dans la pierre friable par l’eau puissante des torrents au fond des étroites vallées. Quand ils ne trouvaient pas d’animaux à chasser, ils mangeaient des mûres et des arbouses. Ils ne pouvaient pénétrer dans les villes gardées contre eux par les Romains ou seulement par la peur des Romains. Dans la plupart des villages ils n’étaient pas reçus volontiers.