Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’ils le sont sur le sol des aïeux. Et il faut que ma pensée soit grande et royale pour contenir ainsi toute la terre atrébate. Or sachez qu’elle contient beaucoup d’autres pays encore, bretons, gaulois, germains. C’est pourquoi, si le commandement m’avait été donné sur les peuples, j’aurais vaincu César et chassé les Romains de cette terre. Et c’est pourquoi nous surprendrons ensemble les courriers de Marcus Antonius et les convois de vivres destinés à la ville qu’ils m’ont volée. Nous les surprendrons aisément, parce que je connais les routes qu’ils prennent, et leurs soldats ne pourront nous atteindre, parce qu’ils ne connaissent pas les chemins que nous prendrons. Et s’ils parvenaient à suivre notre trace, nous leur échapperions dans mes navires vénètes, qui nous porteraient à l’île des Bretons.

Par de tels discours, Komm inspira une grande confiance à ses hôtes du rivage brumeux. Il acheva de les gagner en leur donnant quelques morceaux d’or et de fer, restes des trésors qu’il avait possédés. Ils lui dirent :