Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pénétrant, une âme inflexible et la force d’un cœur tout plein de colère et d’amour.

FRA AMBROGIO.

Je suis le plus pauvre des serviteurs des pauvres. Mais, je n’ai qu’un maître, qui est le Roi du Ciel ; je le trahirais si je ne vous disais, messer Farinata, que le seul guerrier digne d’une entière louange est celui qui marche sous la croix en chantant :

Vexilla regis prodeunt.

Le bienheureux Dominique, dont l’âme, comme un soleil, se leva sur l’Église obscurcie par la nuit du mensonge, enseigna que la guerre contre les hérétiques est d’autant plus charitable et miséricordieuse qu’elle est plus âpre et véhémente. Celui-là certes le comprit qui, portant le nom du prince des apôtres, fut la pierre de fronde qui frappa comme un Goliath l’hérésie au front. Il souffrit le martyre entre Côme et Milan. De lui mon ordre s’honore grandement. Quiconque tire l’épée contre un tel soldat est un autre Antiochus au