Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entier. Il y avait là messeigneurs Jean Bruant, Thomas Alépée, Simon Thibouville, Jean Coquemard, Denys Petit, Pierre Corneille, Barnabé Videloup et François Pigouchel, chanoines de Saint-Pierre, messire Thibault de Saulges, écuyer, chanoine héréditaire laïque, et au bas bout de la table Pierrolet, le petit clerc, qui, bien que ne sachant pas écrire, était secrétaire de messire Guillaume Chappedelaine et lui servait sa messe. Il avait l’air d’une fille habillée en garçon. C’est lui qui paraissait en habit d’ange le jour de la Chandeleur. L’usage était aussi qu’au mercredi des Quatre-Temps de décembre on lût à la messe comment l’ange Gabriel vint annoncer à Marie le mystère de l’Incarnation. On plaçait sur un échafaud une jeune fille, à qui un enfant avec des ailes annonçait qu’elle allait devenir la mère du Fils de Dieu ; une colombe d’étoupe était pendue sur la tête de la jeune fille. Pierrolet faisait depuis deux ans l’ange de l’Annonciation.

Mais il s’en fallait de beaucoup qu’il eût l’âme aussi douce que le visage. Il était violent,