Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bonaparte sourit :

— Je rassurais un homme faible et dévoué. Mais à vous, Berthollet, qui êtes un caractère d’une autre trempe, je parlerai différemment. L’avenir est méprisable. Le présent doit seul être considéré. Il faut savoir à la fois oser et calculer, et s’en remettre du reste à la fortune.

Et, pressant le pas, il murmura :

— Oser… calculer… ne pas s’enfermer dans un plan arrêté… se plier aux circonstances, se laisser conduire par elles. Profiter des moindres occasions comme des plus grands événements. Ne faire que le possible, et faire tout le possible.

Ce même jour, pendant le dîner, le général ayant reproché à Lavallette sa pusillanimité de la veille, l’aide de camp répondit qu’à présent ses craintes étaient autres, mais non moindres, et qu’il les avouait sans honte, car elles portaient sur le sort de Bonaparte et, par conséquent, sur les destinées de la France et du monde.

— Je tiens du secrétaire de Sir Sidney, dit-il, que le commodore estime qu’il y a beaucoup