Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il pas bon nous aimer ? » elle répondait : « Il fait trop chaud. Regardez à la girouette si le vent ne change point. » Et les gens de bien, qui l’observaient, désespéraient qu’elle donnât jamais des cornes à son vilain mari. « C’est péché », disaient-ils.

À son retour d’Italie, frère Jean Turelure se présenta devant madame Violante et lui dit qu’il avait ce qu’elle souhaitait :

— Regardez-vous, madame.

Et il tira de dessous sa robe une tête de mort.

— C’est, madame, votre miroir. Car cette tête m’a été donnée pour celle de la plus jolie femme de Venise. Elle fut ce que vous êtes, et vous lui ressemblerez beaucoup.

Madame Violante, surmontant sa surprise et son dégoût, répondit au bon père avec assez de fermeté qu’elle entendait la leçon et qu’elle ne manquerait pas d’en profiter.

— J’aurai présent à l’esprit, beau frère, le miroir que vous m’avez apporté de Venise, où je me vois non sans doute telle que je suis à présent, mais telle que je serai bientôt. Je vous promets de régler ma conduite sur cette idée. »