Page:Andersen - Contes pour les enfants, trad. Caralp, 1848.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
6
LE SARRASIN.

-vous ? c’est si beau ici ! Voyez comme le soleil est radieux, et avec quelle rapidité les nuages s’enfuient tout au loin. Ne respirez-vous pas la douce senteur des fleurs et des buissons ? Pourquoi donc pleurer, vieux saule ? »

Et le vieux saule leur raconta l’orgueil et l’insolence du sarrasin, ainsi que le châtiment qui tôt ou tard suit le crime. Moi qui vous raconte de nouveau cette histoire, je la tiens de ces moineaux toujours si bavards. Ils me la jasèrent un soir que je leur demandais quelque joli petit conte.