Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fin et la justification de son effort est de toucher un jour cette limite où, par une dernière et décisive transformation, elle passe à une structure plus parfaite. L’évolution de l’espèce n’a égard ni au nombre des exemplaires, ni à leur bien-être. Elle n’est pas faite pour les derniers survivants où peut-être elle aboutit et dans lesquels elle se survit ; mais en vue des rares échantillons par qui a commencé déjà un autre rameau de l’arbre généalogique des faunes. Une maxi^me de conduite humaine peut se tirer de eet exemple animal. Il y a un moyen d’assurer à l’individu sa valeur la plus haute : c’est de le décider à vivre pour les exemplaires les plus précieux, qui peu à peu transformeront la race entière. Les recherches de Nietzsche aboutissent à observer une concordance entre les résultats de la science historique et du transformisme, et il en tire l’espérance d’une humanité supérieure [1].

Il croit avoir découvert une grande loi de l’évolution humaine : C’est qu’il y a en nous une concurrence de deux instincts profonds : L’extrême dionysisme se confond avec l’instinct de vivre : l’extrême apollinisme avec l’instinct de connaître. Ils sont en lutte, et les destinées de la civilisation dépendent de cet antagonisme peut-être mortel. La foule des hommes, qui laisse jouter en elle ces deux appétits, ignore à quel désastre cette joute peut mener la race. Faut-il se fier à la poussée de la vie, toujours ingénieuse, et compter qu’elle saura trouver son chemin ? Mais rien de plus fragile que la vie, et à plus forte raison la vie civilisée. Rien d’extraordinaire comme la rencontre de faits fortuits qui l’ont préservée. Comment être sûr que de telles rencontres de circonstances heureuses se retrouveront toujours ? L’instinct est une force en marche ; mais, aveugle sur ses fins, il peut être abusivement détourné de

  1. Schopenhauer als Erzieher, § 6. (W., I, 442.)