Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


II. 
Les anthropomorphismes moraux de la philosophie primitive 
 117
  
Classement. — Le pessimisme d’Anaximandre, d’Héraclite, d’Empédocle. — Préoccupation contemporaine mêlée à cette analyse : Richard Wagner, Empédocle ; — Nietzsche, Héraclite. 
  
III. 
Idée de la réforme panhellénique 
 114
  
Idée de cette réforme chez tous les philosophes grecs. — La confédération hyperhellénique rêvée par Empédocle. — Prédominance fatale d’Athènes. — Échec de la Réforme
 
IV. 
La décadence de la philosophie grecque : le socratisme 
 129
  
Griefs de Nietzsche contre Socrate. — Inconséquence de son attitude. — Explication de cette inconséquence. — Admiration de Nietzsche pour la mort de Socrate. — En quoi Socrate aurait corrompu Platon. 
  
V. 
Interprétation sociale de l’événement philosophique 
 136
  
Rôle des systèmes philosophiques dans la vie de l’esprit et de la cité. — En quoi il diffère du rôle de la religion. — La philosophie, renouvellement des valeurs. — Quand paraît le philosophe 
  


Chapitre II. — 
La Renaissance de la Philosophie
I. 
L’urgence de la réforme philosophique au temps présent 
 142
  
Le présent déluge de barbarie. — Misère de la philosophie officielle. — Difficulté de désigner un vrai philosophe.
 
II. 
Le philosophe-type parmi les modernes 
 146
  
Étrangeté du choix de Schopenhauer. — Médiocrité de son caractère. — Les dangers de la vie philosophique : 1o La solitude ; — 2o Le désespoir du vrai ; — 3o Les limites de l’homme. — En quoi c’est surtout Nietzsche, et non Schopenhauer, qui a souffert de ce triple danger.
 
III. 
L’idéal humain des modernes 
 156
  
Rôle de l’idéal dans la philosophie nouvelle. — Les trois idéals : 1o L’homme selon Rousseau ; — 2o L’homme selon Gœthe ; — 3o L’homme selon Schopenhauer. — Critique de ces trois idéals. — L’idéal et l’ambition de Nietzsche.