Page:Andry de Boisregard - De la Génération des vers, 1741, tome II.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des particules de mercure qui y sont contenues.

Le pourpier se peut prendre en salade, il se peut prendre dans des bouillons, on en peut mettre dans les potages ; il faut employer les feuilles & les côtes ensemble, les côtes, sur-tout, ont plus de vertu contre les Vers ; elles imitent assez la figure des Vers ordinaires, ce qui paroîtroit favoriser le sentiment de ceux qui prétendent que les plantes portent la signature des choses contre lesquelles elles sont propres, ce que nous ne remarquons qu’en passant. L’eau de pourpier distillée, la décoction, & l’infusion de pourpier sont encore de bons contre-Vers.

En voilà bien assez pour ce qui regarde les remedes qui se prennent en dedans, venons à ceux qui s’employent en dehors.


Remedes extérieurs, ou topiques contre les Vers.

Ces remedes extérieurs sont le fiel de bœuf, l’huile d’absynthe, celle de rue, ou celle d’amandes