Page:Andry de Boisregard - De la Génération des vers, 1741, tome II.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’un appas composé de miel & de farine. Cet expédient peut être bon, pour tirer de l’estomac, des animaux entrés par la bouche, comme il en est entré quelquefois à quelques personnes qui dormoient sur l’herbe ; mais pour tirer des Vers engendrés dans le corps, c’est une pratique sur laquelle je ne veux rien dire ; quelques personnes assurent l’avoir vu réussir depuis peu, en mettant pour appas des cœurs de pigeons ; mais ce que je puis assurer aussi, est qu’il s’est vu des Charlatans imposer au peuple, en cachant adroitement des Vers dans le prétendu appas qu’ils faisoient avaler.


Contre les Vers de la jaunisse.

Dans la maladie de la jaunisse les intestins sont souvent remplis de Vers, parce que la bile, qui est si contraire à ces animaux, ne se décharge pas alors dans les intestins ; le meilleur remede contre ces Vers est de prendre plusieurs matins de suite un verre de la décoction suivante. Chelidoine, une poignée ; feuilles & fleurs de millepertuis, de chacune