Page:Angellier - Le Chemin des saisons, 1903.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CHEMIN DES SAISONS. LE RÉVEIL. Sur les collines reverdies Où l’Hiver cesse de neiger. Le Printemps court d’un pied léger, Chassant les bises refroidies ; |

Réveillant les fleurs engourdies, Et rouvrant retable au berger, Il fait dans les airs voltiger Les premières ailes hardies ;

Les aubes enfin attiédies Recommencent à se franger D’un peu d’or, longtemps étranger A leurs tristesses alourdies ;