Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Landris vait a la cort au matin et au vespre,
(f. 19)Et la male marastre le bat, qu’ele ne cesse :
945« Filz de putain, bastarz, fui de ci, car tu desves.
« Va a[u] borc a ta mere, car trop est riche, certes :
« Assez l’en ont doné [et] li clerc et li prestre ;
« El ne se garde d’omme de cest siecle terestre.
— Dame », ce dist Landris, « car aiez pais et cesse ;
950« Laissiez ceste maniere, car pas ne vos apele.
« Encor le comparrez, par Dieu le roi celestre ;
« N’en serez trestornée ; s[i] en perdrez la teste. »
Or est venuz li jors [que] ses ventres l’apresse,
Si delivre d’un fil : granz duel[s] en fu en terre.
955Li dus le fist lever a Ais a la chapele,
Et ot a non Mali[n]gre ; Dieus confonde sa teste.
Car il ne porta foi a nul home terrestre.
Li niez le roi de France l’ama[s]t, s’il poïst estre,
Ainsi comme son frere volentiers et a certes :
960Quant il l’en vuet baisier, si li guenchist la teste.
Quant Landris ot .x. ans, Malingres entre el setme.

XXXV[1]

Or croissent li enfant et lor bruiz et lor force.
Malingres fu gaignarz, cuverz et de male ordre,
Ou que il vit Landri, laidement l’aparole :
965« Par les sainz Deu, bastarz, molt me poise dès ore
« Que vos vivez ceans de mon pere et du nostre.

    — 943 et a v. — 945 b. fut. — 948 Elle. — 953 ses v. li a prise — 955 f. laver. — 957 nul, ms. aul’. — 960 gaichit. — 961 M. antre .vj. Mais la correction laisse subsister une difficulté, puisque Landri, au moment du second mariage de son père, avait huit ans (v. 884). Il faut probablement substituer, dans le premier hémistiche, xv à x.

  1. — 963 fu gainnars — 964 Onques n’oït L.