Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par ce[l]s fu Alemaine conquise et aquitée
Et Tomiles destruiz et sa fille afolée.

LXXX[1]

Baron, c’est verité, sachiez a escïent,
2605Li hom, puisqu’il faut l’autre, ne[l] doit traire a garant,
Ne cil celui [que] hait, se sa honte consent.
Qui que prisa Pepin, Landris le tint por lent,
Qui lui et la duchesse failli vilainement
Et prist du traïtor son or et son argent ;
2610Perdue eüst puis France, que Landris [la] li rent.
Li vallez s’en issi jovene [tot] povrement,
O lui .v. chevaliers qui furent si parent ;
(f. 50)Il n’ot pas [ceint] l’espée, mais a son col la pent ;
Jusqu’a Constantinoble ne prist arestement.
2615La li dona li rois armes et garnemenz ;
Cil ot non Alixandre, cui Grifonie apent,
Dont la geste Tomile chaï puis en torment.
Li rois ot .j. guerre qui l’angoisse et sorprent,
De son nevo Dorame qui s’onor li deffent ;
2620Landris le prist [par force] et desconfi[s]t sa gent
Et rendi l’emperere par le nasel d’argent,
Et son pere le duc prist il v[e]raiement
Qu’estoit au roi Dorame remés novelement
Par le felon Tomile qui s’anor li desfent.
2625Li dus ala en France ; mauvais secours i prent :
Pepin[s] l’i desfia se Olive ne li rent.
Tant chevaucha li dus qu’a Dorame se prent ;
Landris le prist [par force] par son grant hardement,

  1. — 2607 L. le tient. — 2609 prist, ms. print. — 2612 ces parans. — 2613 l’espee, ms. espées. Cf. v. 1086. — 2616 Grifoine. — 2621 Ce Landri l’ampereres per le noel d’a. — 2623 Dorames. — 2624 q. sa uoi ; cf. v. 2619.