Page:Anonyme - L’Alpha de la république, 1848.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tion graduelle de tous les vices, tels sont les fruits divins de la fraternité. Sans elle, l’homme n’est rien et ne peut rien ; avec elle il devient le fils de Dieu, et rien ne lui est impossible.

D. Dans la situation actuelle de la France, que doit faire tout bon citoyen ?

R. Tout bon citoyen doit travailler de tout son cœur, de toute son âme, de toutes ses forces, à affermir la République ; à entretenir l’union ; à ramener la confiance, source unique du crédit ; à maintenir l’ordre, condition fondamentale de toute société ; à propager les sentiments patriotiques, et particulièrement l’amour de l’égalité et de la fraternité.


VI.


D. Quelle est la tâche de l’ouvrier ?

R. De se livrer régulièrement à un travail quelconque, matériel ou moral ; — l’oisiveté de la main et de l’esprit amènent vite la corruption du cœur ; — d’avoir, s’il le faut, comme l’a dit l’un d’eux d’une manière si simple et si belle, encore quelques mois de misère au service de la République ; de défendre cette République, notre seule planche de salut, envers et contre tous ; d’empêcher que qui que ce soit n’en ternisse la pureté ; de couvrir, de sa protection souveraine, amis et ennemis, choses et personnes ; de faire honorer en lui, par ses paroles et par ses actions, la dignité de citoyen ; d’attendre, magnanime