Page:Anonyme - L’Alpha de la république, 1848.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


comme la victoire, plein de foi comme les martyrs, le jour où ses calomniateurs viendront fraternellement abjurer entre ses mains toutes leurs misérables rancunes, toutes leurs puériles préventions, toutes leurs feintes terreurs.

D. Quelle est la tâche du riche ?

R. La tâche du riche est d’apprendre à se faire peuple, à arracher le lingot d’or ou d’argent qu’il cachait à la place du cœur, et à y mettre un véritable cœur de chair et de sang, battant bel et bien pour la patrie, sympathique à ses institutions, fraternel pour tous ses enfants ; sa tâche est de partager son temps entre les affaires publiques et les affaires privées, de conseiller ceux qui ont besoin de conseils, d’instruire ceux qui ne savent pas, de faire comprendre ceux qui ne comprennent pas, de sacrifier au besoin, non pas sa vie, comme l’ouvrier l’a fait aux barricades, non pas même ses richesses, mais son superflu, pour que le nécessaire ne manque à personne. Tout riche qui, dans la crise actuelle, tient une autre ligne de conduite abdique l’honneur de sa position ; il est sans intelligence comme sans entrailles.

D. De quel nom doit-on flétrir l’ouvrier et le riche qui manquent à leur tâche mutuelle ?

R. Du nom de mauvais citoyen.