Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Senpre n’avroie honor e moi e mi parant.
« Perdus ais ton alberge : autreteil gré t’en sant
10580« Con se m’aüses feit encui dus de Broibant.
« Conforte toi, douz frere, doble ton ardimant :
« Encui porais vangier ton duel complïemant.
« Hom qi recuelt doumaje ne se venje neiant
« Por metre soi peor et alier duel feisant.
10585« Ou raisons estre devent Oliver et Rollant
« Estanc cun tot les autres, si toi dirai comant :
« Qi tote nuet chevauche et sor l’aube parant
« Asaute une citez qe se defende alquant,
« Droiz est qe il en sante trosque doz jors pasant.
10590« Les chevaus n’ont mangié ; com seront il corant ?
« Certes, quant il monstrent force, c’est vain senblant.
« Se nos les asailomes sains plus delaiemant,
« Un seul colp n’atendront, par le voir Trevegant ;
« Enjusque denz lor portes les en menrons batant.
10595« E nos en autre gise a nostre sauvemant
« Ne peomes partir, jel voi a esciant,
« Car se nos nes metromes al torner en fuant,
206 a« Lor forces dobleromes. Pués nos veit malemant,
« Dou tot veul la bataille, qi en plort ni en cant :
10600« Tot primer i ferrai ; a Machon me comant.
« Veez deça venir le vilans païsant
« A buens destrés d’eslais e a braaignes corant,
« Talentis de combatre ; bien nos seront aidant.
— Par mon chief, qe bien dites », respondi Nobliant.
10605« Mon piere m’ont oncis cels cuvers mescreant ;
« Se ancué ne le vangie, tenrai moi recreant. »
A ce s’afermerent le petit e le grant.

    — 10578 e mi manque — 10585 sons corrigé en raysons d’une seconde main — 10586 E. eũ — 10591 force & v. s. — 10592 asaulomes — 10594 menerons — 10599 ni en manque — 10602 d’eslais manque ; cf. v. 10798 — 10603 uos — 10605 M. p. mon neuos c. c. m. — 10606 tenra — 10607 A ce saferemerent.