Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCLXIII[1]

Quant furent li arceor tuit treit a une partie,
Si broce Synador a la barbe florie,
8495Paumoiant son espli, o l’ansaigne balie
A une neire aigle de dos colors partie,
De blanz e de vermoi, la campagne dorie ;
Escus e sorensaigne lui ferent compaignie.
Çante oit l’espee que fu Pantasilie,
8500Cele qi vint as Troiens en aÿe.
Devant s’en vient quere chevalerie
165 aSor la bataile qe le cont Gaenes guie.
Gaenes le voit, ne lui desgree mie ;
Volanter li meïst sa demande en otrie,
8505Mais Gundelbuef par fu qe tot li contrelie
E dist : « Je li irai, par Deu le fil Marie ;
« Amïel vengerai, se Diex m’enpreste aÿe. »
Lors broce le ferant, qe li vient d’Ongerie ;
Encontre l’amirant a sa voie colie.
8510Donc fu bien la bataile d’anbe part esgardie ;
Le uns rois requiert l’autre par sistres grant aitie
Ja ne lor valdroient les escus une lie ;
Fors furent les obers, cels le tenrent en vie.
Gundelbuef frait sa lance, cele au Païens nun plie,
8515Anz enpaint le Frixuns, qe des arçuns le guie ;
Tot envers cheit le roi an mi la praarie.
Retorner veult le Turc o l’espee forbie ;
Retinir veult le roi, quant sa ensaigne rescrie.
An aider son seignor nuls Frixuns ne s’oblie.
8520La oit de branz d’acer tres grant carpenterie.

  1. — 8495 e lansaigne — 8496 ueire — 8498 Escũs — 8504 sa demade entrie — 8507 Aniel — 8510 Dira fu, daube — 8513 terent — 8514 im̃plie — 8516 ami — 8517 Retrouer — 8520 La o. branz dacer tras.